“Polémique: Un village se bat pour obtenir un bancomat” 24heures.ch

Le territoire suisse n’est pas loin s’en faut homogène. De hautes montagnes peu peuplées ici et des concentrations urbaines là.  Trop de résidences secondaires ici, pas assez de médecins là. En article du 28 février paru dans 24 heures montre que ces inégalités de “standortofferte”, c-a-d d’aménité du lieu selon le nombre, la diversité et la qualité des services qui y sont assurés, touchent aussi l’implantation ou non de distributeurs de billet. Les communes dites reculées se battent pour garder un niveau de services suffisants pour sauvegarder leur attractivité.

Source: article “Polémique: Un village se bat pour obtenir un bancomat”Par Christine Talos paru dans 24heures.ch.

Extrait:

“2150 habitants [d’une commune d’un canton de Thurgovie] n’ont plus de banque depuis la fermeture des deux établissements de la place. Hic: ils n’ont plus la possibilité non plus d’avoir de l’argent liquide puisque aucune banque n’a voulu installer un bancomat à la place.

Pourtant, les autorités locales se battent depuis 18 mois pour obtenir un distributeur d’argent. En vain. La raison? Les coûts de l’appareil, rapporte le Tages-Anzeiger après une émission de la télévision alémanique «10 vor 10». En effet, les banques réclament 10’000 francs à la commune pour installer un bancomat au village. Mais la mairie ne voit pas pourquoi ce serait à elle d’assumer ces frais.

This entry was posted in Attractivity policy, SpacePlanning Policy, Territorialities, Unequality and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s