Why Do Transnationally Mobile People Volunteer? Insights From a Swiss Case Study Sandro Cattacin • Dagmar Domenig

https://i2.wp.com/link.springer.com/static-content/0.6268/covers/journals/66/11266.jpgSandro Cattacin et Dagmar Domenig, les auteurs de l’article “Why Do Transnationally Mobile People Volunteer? Insights From a Swiss Case Study” qui vient de paraitre invite à reconsidérer l’engagement associatif pour les profils mobiles. Avec l’américain Robert Putnam et son célèbre livre sur la désaffiliation associative on pourrait penser que la mobilité détruit l’engagement associatif. Cet thèse serait aussi porter à l’échelle d’observation internationale par l’idée reçue que la transnationalité ne serait portée que par des flux et dépourvue d’ancrage (“… flow, movement, flight and smooth space the dialectical relations of the grounded and the flighty, the settled and the flowing, the sticky and the smooth.” (Jackson 2004 p. 8). Autre idée reçue, quand l’homme de la rue pense aux associations étrangères, il pense à un entre-soi hétérotope voire la constitution de sociétés parallèles à la culture dominante  (surtout dans l’idéologie française). Peut être que ce n’est pas si simple.

En effet, sur la base de 44 entretiens, les auteurs mettent à bas quelques idées reçues. Oui les associations sont des instances, des lieux de (re)socialisation pour des nouveaux venus mais aussi pour les “autochtones”. Mais non ce n’est pas une particularité des “migrants”, c’est à dire des étrangers venus d’un autre pays. Bien d’autres populations mobiles – des migrants intérieurs en quelques sortes – sont amenées à participer à des associations. En effet, comment faire pour rapidement se créer un milieu social lorsqu’on vient d’ailleurs et qu’on ne sait pas vraiment si on restera longtemps? Les associations font partie de ces lieux d’ancrage (avec peut être les écoles pour les parents d’élève et parfois aussi les lieux de travail) qui permettent cette efficacité de la production de lien social. L’engagement associatif peut ainsi jouer comme un procédé industriel, non pas au sens de production froide de biens de consommation, mais comme technique rationnalisée et effective de production de lien social.

L’étude de S.Cattacin et D.Domenig montre aussi une fois de plus le déclin de l’approche “nationalisme méthodologique” pour comprendre des phénomènes qui ne se limitent pas à des franchissements de frontières nationales et national-culturelles. Il y a une archipélisation des relations sociales au sens d’une discontinuité géographique des lieux de vie importants des personnes. Cette archipélisation ne connait pas de frontières nationales même si les frontières jouent évidemment dans les caractéristiques pratiques de ces archipels (difficulté de franchissement ou non, intérêt de les franchir, gestion des droits de séjour, etc.). Ce déclin se poursuit aussi à travers l’usage résolu du terme de personne mobile ou personne transnationalement mobile et non de migrants, immigrés, etc. Non seulement le terme de migrants est connoté (comme l’expression pourtant assez récente et penser au départ comme politiquement correct de “Menschen mit Migrationshintergrund”, “personne au bagage migratoire”) mais il fait comme il est utilisé aujourd’hui une distinction entre les migrants et les autres – par exemple pour les débats sur l’intégration – , alors même que les conditions d’intégration ne sont pas posées pour les mobile infranationaux. Les journées d’accueil pour étrangers nouveaux-venus en Suisse sont de plus en plus courants mais pourquoi pas de journées d’accueil pour tous les nouveaux-venus (Un vaudois à Zürich peut-il s’intégrer tout seul?:) )

On ferait rapidement des distinctions entre associations et spécifiquement entre associations autochtones, d’expatriés d’entreprise et de migrants “simples” (mais sont-ce vraiment de simples migrants?). Cette distinction permet de montrer que le milieux associatifs n’est pas homogène. Cela peut être une distinction au sens fort de Pierre Bourdieu. Ainsi les associations d’expats (les expatriés par leur entreprise pour un nombre d’année limité souvent 3 à 5 ans) ne veulent rien avoir de commun avec les associations de migrants. Nous en avions fait l’expérience à propos des Français résidant à Berlin. Et pourtant. Il y a des points communs. Notamment le fait que les expats comme les migrants transnationaux, comme les migrants infranationaux/transrégionaux semblent être plongés dans un monde et un sans cesse “reloaded”, réactualisé, leur donnant certes plus de choix qu’avant mais aussi moins de perspective et un avenir incertain. On rejoint ici certes l’analyse de la Misère du monde mais aussi celle de Luc Boltanski et Ève Chiapello sur la cité par projet. Car l’engagement peut sembler localement limité dans le temps mais d’autant plus nécessaire dans cette structure associative que ce temps est limité.

Somme toute, on pourrait faire l’hypothèse de fédérations d’associations qui prolongeraient comme un archipel l’inclusion associative des personnes mobiles. C’est déjà le cas par exemple pour les expatriés qui vont retrouver quel que soit le lieu et pourvu qu’il y ai assez de personnes semblables une association d’expat nationale ou l’antenne d’un parti politique national à l’étranger, ou les ambassades, ou le Rotary club, etc. Et c’est le cas pour bien d’autres populations y compris mobiles ou migrantes infranationales.

Il serait intéressant de pouvoir comparer ces résultats qui apportent de la finesse et de la profondeur au débat avec ceux d’autres pays. La Suisse est un pays dans lequel les associations jouent un rôle prépondérant dans l’intégration sociale. Quel rôle joue t-elle ailleurs? Y a t-il aussi un engagement associatif des mobiles?

Duchêne-Lacroix, Cédric. 2011
Archipel. In Praxen der Unrast: Von der Reiselust zur modernen Mobilität. Jens Badura, Cédric Duchêne-Lacroix, and Félix Heidenreich, eds. Pp. 135–146. Berlin-Münster-Wien-Zürich-London: Lit-Verlag.

Dumont, Antoine.2010. L’état des recherches sur les associations de migrants internationaux. Revue européenne des migrations internationales Vol. 26(2): 117–137.

Jackson, Peter, Phil Crang, and Claire Dwyer. 2004. Transnational Spaces. Routledge.

Putnam, Robert D. 2000. Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community. Simon & Schuster.


Abstract

Based on 44 qualitative interviews with transnationally mobile people engaged in 28 different associations in Switzerland, this article tries to understand the motives behind the choice to volunteer, i.e. to actively and regularly engage in associations. These interviews reveal the great importance of associations in fostering inclusion in both the new living place and the place of origin. They further reveal that mobile people, no matter where they come from or why they are on the move, turn to associations for similar motives. In order of importance, they turn to associations to secure material advantages, to find ways of defining their identity in a manner that is both coherent and compatible with the host society and to socialize with people who are thought of as trustworthy.

Résumé

Sur la base de 44 entretiens qualitatifs avec des individus caractérisés par leur mobilité transnationale et engagés auprès de 28 associations différentes en Suisse, cet article tente de comprendre ce qui motive le choix du bénévolat, c.-à-d. le choix de s’engager activement et régulièrement dans des associations. Ces entretiens révèlent le rôle important que joue les associations pour aider à l’inclusion à la fois dans le nouveau lieu de résidence et dans le lieu d’origine. Ils révèlent aussi que les individus mobiles, quels que soient leur lieu d’origine ou les raisons de leur mobilité se tournent vers les associations guidés par des motivations similaires. Par ordre d’importance, ils se tournent vers les associations pour obtenir des avantages matériels, pour trouver des moyens de définir leur identité d’une façon qui soit à la fois cohérente et compatible avec la société qui les accueille, et pour nouer des liens sociaux avec des gens jugés dignes de confiance.

Zusammenfassung

Beruhend auf 44 qualitativen Interviews von transnational mobilen Personen, die in 28 verschiedenen Vereinigungen in der Schweiz engagiert sind, versucht man in diesem Beitrag, die Beweggründe für eine Entscheidung zu ehrenamtlicher Arbeit, d. h. das aktive und regelmäßige Engagement in Vereinigungen, zu verstehen. Die Befragungen zeigen, welche große Bedeutung Vereinigungen für die Förderung der Eingliederung sowohl am neuen Wohnort als auch am Herkunftsort haben. Sie lassen des Weiteren erkennen, dass sich mobile Personen, unabhängig von ihrem Herkunftsort oder den Gründen für ihre Mobilität, Vereinigungen aus ähnlichen Beweggründen zuwenden. Der Wichtigkeit nach sortiert haben sie folgende Motivationen: Sie wenden sich Vereinigungen zu, um sich materielle Vorteile zu sichern, um ihre Identität so definieren zu können, dass sie anschlußfähig und kompatibel zum neuen Lebensort ist, und um Kontakte mit Personen zu knüpfen, die sie als vertrauenswürdig einschätzen.

Resumen

Basado en 44 entrevistas cualitativas con personas móviles a nivel transnacional implicadas en 28 asociaciones diferentes en Suiza, el presente artículo trata de comprender los motivos subyacentes a la elección de ser voluntario, es decir, de implicarse de manera activa y con regularidad en asociaciones. Estas entrevistas revelan la gran importancia de las asociaciones para fomentar la inclusión tanto en el nuevo lugar donde se vive como en el lugar de origen. Revelan asimismo que las personas móviles, independientemente de dónde proceden o por qué están en movimiento, recurren a asociaciones por motivos similares. En orden de importancia, recurren a las asociaciones para asegurarse ventajas materiales, para encontrar formas de definir su identidad de manera que sea coherente y compatible con la sociedad anfitriona y para socializarse con personas que son consideradas como de confianza.

摘要

本文在对瑞士28个不同社团的跨国流动人口进行的 44份定性访谈基础上,试图了解选择自愿(如积极并定期参与社团)背后的动机。这些访谈揭示了社团在培育新的生活居处和原居地内含物的重要性。深入挖掘流 动人口(无论他们来自何处或为何四处奔波)辗转于社团之间的类似动机。根据重要性顺序,他们参与社团以确保材料优势,以一种与主流社会一致并相容的确定身 份的方式,并与值得信赖的人交往。

要約

本論文では、スイスでの異なる組織28団体に所属 しつつ国境を超えて転居する人々との44件の定性面接に基づいて、組織に定期的かつ活発に参加しているボランティアの動機を理解することを目的とする。こ れらのインタビューから、組織が新しい居住地と出生地にかなり重要性を持つことが明らかとなった。移動する人々は、どこが出生地か、なぜ移動するかという ことにかかわらず、類似した動機から組織に加入することがわかった。重要度で言えば、物質的な利点が保証されていること、移民を受け入れる社会と相性がよ く整合性があるアイデンティティを定義する方法を見つけられること、さらに信頼できると思われる人々と付き合うことができることから、組織に所属すること が明らかになった。

ملخص

إستنادا˝ على 44 من المقابلات النوعية مع أشخاص يتحركون عبر الحدود الوطنية مشتركون في 28 من الجمعيات المختلفة في سويسرا، هذا المقال يحاول أن يفهم الدوافع وراء إختيار التطوع، مثل الإنخراط بنشاط وبإنتظام في الجمعيات. هذه المقابلات تكشف الأهمية الكبرى للجمعيات في تعزيز إدراجها في كل مكان معيشة جديد ومكان المنشأ. فإنها تكشف أيضا˝ أن الأشخاص الذين يتحركون كثيرا˝، بغض النظر عن المكان الذي يأتون منه أو لماذا هم دائمي الحركة، ينتقلوا إلى الجمعيات لدوافع مماثلة. من أجل الأهمية، فإنهم ينتقلون إلى الجمعيات لتأمين المزايا المادية، لإيجاد سبل لتحديد هويتهم بطريقة متماسكة ومتوافقة مع المجتمع المضيف والإختلاط مع الأشخاص الذين يعتقد فيهم إنهم جديرين بالثقة.

Gallery | This entry was posted in Identity, Integration, Mobile-settled Hybridity, SNF-Project "Multilocal dwelling in Switzerland", Territorialities, Transition space and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s