Viens chez moi, j’habite chez mon patron (LE MONDE)

 Dans un article du 28.10.2013, Margherita Nasi revient sur les raisons qui poussent les entreprises petites comme grandes à disposer d’un parc immobilier pour loger leurs employés (loyer modéré, gain de temps, moins de paperasserie, proximité du lieu de travail, etc.).

Ici le début de l’article:” Un 50 mètres carrés pour 200 euros par mois sur la Côte d’Azur ? Pour les salariés de la bastide Saint-Antoine, un Relais & Châteaux étoilé au Michelin installé à Grasse (Alpes-Maritimes), c’est possible. Leur patron, Jacques Chibois, a acheté un immeuble de douze studios situé près de son établissement, afin d’y loger ses recrues. « Dans une région à forte valeur ajoutée du point de vue immobilier, c’est impossible pour un jeune de se loger. Si je ne fais pas du social, je n’aurai jamais un personnel de qualité », explique-t-il, visiblement satisfait de son initiative : il a acquis une autre maison où il pourra aménager dix logements supplémentaires. (…)”

La suite ici: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/10/28/viens-chez-moi-j-habite-chez-mon-patr_3503614_3234.html

Gallery | This entry was posted in Attractivity policy, Housing, Housing market, SpacePlanning Policy, Territorialities, Unequality, vulnerability and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s