Moins de déduction des frais de déplacements: Les frontaliers de Genève premiers touchés

Les Genevois se prononceront le 25 septembre sur mesure budgétaire qui vise à plafonner la déduction des frais de déplacement. << (…) parmi les 47 500 personnes qui subiraient les conséquences de cette mesure, environ 38 500 sont des résidents genevois, explique le Département des finances (DF). Mais les quelque 9000 quasi-résidents assumeraient à eux seuls la moitié de la facture, soit environ 14 millions de francs. (…) Le président du Groupement transfrontalier européen, Michel Charrat, ne voit pas ce débat d’un bon œil: «On ne parle pas d’un choix de vie. Beaucoup de quasi-résidents sont des Suisses qui ont dû déménager en France parce que Genève ne parvient pas à construire suffisamment.» Et de rappeler que les travailleurs frontaliers apportent beaucoup à l’économie du canton. «En s’en prenant encore au frontalier, Genève est en train de tuer la poule aux œufs d’or. Cela pourrait donner envie à la France de revoir les termes de l’accord de 1973.» Ce dernier, favorable à Genève, prévoit justement une imposition à la source des travailleurs français (plus de 680 millions de francs de recettes), en échange d’une compensation à la France à hauteur de 280 millions de francs. >>

Source: Eric Lecoultre, 02.09.2016, Le courrier: http://m.lecourrier.ch/142002/a_geneve_les_frontaliers_passeront_ils_a_la_caisse

Gallery | This entry was posted in Attractivity policy, Border, Commuters, Crossborder, Mobilities, Tax, Unequality and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s