SNCF et Deutsche Bahn : « Ce n’est pas à Google ni à Amazon de bâtir les solutions de mobilité à l’échelle européenne » (Le Monde,

<<(…) Guillaume Pepy abonde. « Dans le “train bashing”, il y a une accusation particulièrement fausse sur les subventions au profit du rail. La vérité est exactement inverse. C’est la route qui est la plus subventionnée. Elle bénéficie d’un financement public massif dans toute l’Europe. et, en plus, personne ne compte les avantages écologiques, énergétiques et sociaux du rail. » (…) Lorsqu’il s’agit de faire face aux offensives des acteurs du numérique dans la mobilité, les deux patrons font front commun. « Nous ne pourrons plus nous permettre d’être seulement une entreprise ferroviaire, assure M. Grube. Nous serons des gestionnaires modernes de mobilité. C’était impensable avant le numérique qui permet de connecter les différents modes de transport. Nous voulons être leaders en la matière. Notre maxime est : “Disrupt yourself or you will be disrupted” [en anglais dans le texte : « Remets-toi en cause avant que quelqu’un ne le fasse à ta place »].>>

Source: Éric Béziat,  01.10.2016, SNCF et Deutsche Bahn : « Ce n’est pas à Google ni à Amazon de bâtir les solutions de mobilité à l’échelle européenne », Le Monde

Gallery | This entry was posted in Mobilities, Public policy and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s